mardi 18 novembre 2008

"La lamentation du prépuce" de Shalom Auslander - Editions Belfond

Wouh. Ce fut sans doute mon premier… euh… mot en lisant les quelques lignes de la 4ème de couverture de La lamentation du prépuce : Entre Chaïm Potok, Woody Allen et Philip Roth (…). Alléchant, isn’t it ? C’est donc plein d’espoir que j’entamais ce roman-autobiographique. Serais-je le seul à attendre quelque espoir de quoi et/ou qui que ce soit ?

Shalom, embourgeoisé new yorkais, aujourd’hui journaliste émérite, écrivain reconnu, est dans l’attente de devenir jeune papa. Un bonheur, souvent, pour qui savoure ces moments d’une descendance assurée. Pas pour lui qui a quelques comptes à régler avec… Dieu, sa famille, son enfance. Un prétexte rêvé pour s’adonner aux retours sur soi, sur sa vie de petit garçon, d’ado, de jeune adulte, d’homme marié et d’adulte hypocondriaque du Tout-Puissant. Car Shalom a tenté longtemps de bien tenir son rang de jeune juif obéissant et concentré sur les contraintes souvent mal assumées d’une religion omniprésente. Mais peine perdu, en impie, il sombrera corps et âme au grand dam de ses parents : il s’intéressera aux filles surtout si elles ne sont pas vêtues, mangera pas cachère, mentira, volera… De quoi déambuler drôlement dans une vie d’homme.

On apprend ici trois milliards (allez, quatre…) de choses sur la religion juive et l’on s’y perd un peu (bravo tout de même au traducteur, Bernard Cohen) face à ses exigences et autres préceptes. Les situations sont convenues et l’histoire banale, le seul Salut du livre reposant franchement sur l’humour, la vision cataclysmique et narquoise du traumatisme religieux ainsi que sur l’inexorable sentiment d’une épée de Damoclès divine suspendue au-dessus de la tête et de la vie de Shalom. L’auteur s’adresse, hèle, interpelle, hurle et insulte directement Dieu au gré des obstacles de son existence peut-être pas si romancée que cela, au final.

Pas religieux pour deux sous, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre cette emprise, ce poids insurmontable d’une vie qui se veut dès son origine toute tracée. A la recherche et au combat de sa propre liberté, Shalom Auslander bricole sa vie comme il peut, en marge des convenances qui devraient le guider. Un sentiment pour ce livre qui commence par wouh et qui finit par bof.


Le site de l'auteur :

9 commentaires:

Florinette a dit…

Je l'ai eu plusieurs fois en main, mais je n'arrivais pas à me décider, j'ai donc suivi mon instinct en le reposant et à te lire j'ai bien fait, ouf !! ;-)

Leiloona a dit…

Comme Florinette, pris et reposé.
Je le lirai peut-être en poche : l'humour du livre sauvera sans doute l'histoire banale.

Neph a dit…

Je l'avais noté sur ma LAL, vais-je devoir le rayer ? Merci pour cet article !

Eugénie a dit…

Personnellement, j'ai beaucoup apprécié ce livre.
Pas religieuse pour un sou non plus, j'ai quand même eu de la compassion pour ce jeune juif élevé dans la plus pure tradition et qui porte toute sa vie une culpabilité.
L'humour qui file le long du livre est délicieux.

Uliketeam a dit…

Bonjour,

Votre blog nous a plu et j'aimerais vous faire une proposition quant à celui-ci: nous souhaiterions l'intégrer au réseau Ulike News qui distribue chaque jour des critiques de l'actualité culturelle afin de faire découvrir à nos utilisateurs des articles de blogs qui parlent de ce qu'ils aiment.

Comment ça marche?
Ulike reprend uniquement les premières lignes de vos articles pour donner envie aux utilisateurs du site de venir lire la suite chez vous. Sur ce modèle, le début de vos articles sera disponible sur la page Ulike des artistes dont vous parlez ainsi que dans la section "News".

De votre côté, Ulike News pourra vous permettre de gagner un nouveau lectorat, l'interêt étant que les visiteurs auront réel intérêt préalable pour les sujets sur lesquels vous écrivez.
De plus, cela vous permettrait de pouvoir recevoir des oeuvres : Ulike a noué des partenariats avec des différentes structures pour pouvoir offrir à tous les friands de partage du réseau des livres, des albums, des places de concerts et d'avant-première, etc...et favoriser ainsi la découverte de nouveaux artistes.

Vous souhaitez participer?
Rien de plus simple, il suffit d'ajouter d'ajouter le logo du réseau** ou un simple lien dans votre blogroll vers http://fr.ulike.net

Bien entendu, je me tiens à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Uve, pour la uliketeam
news@ulike.net
www.ulike.net

mazel a dit…

pas encourageant les commentaires... mais bon, sur ma liste de septembre, on verra bien.

Theoma a dit…

Egalement eu entre les mains puis reposé... Dommage car quel titre !

Aurore a dit…

Il me tente depuis un moment, et je l'ai empoigné plusieurs fois. Mais.. je ne sais pas et on dirait que j'ai bien fait! A lire ton billet, on dirait que c'est l'obsession et la culpabilité juive qui traîne chez les grands (les cités justement) mais en version "forcée" & "formatée" à la sauce XXIème siècle...

Marie a dit…

Je viens de lire du même auteur Attention Dieu méchant et j'ai été également déçue.
Ton billet ne m'incite pas du tout à lire d'autres écrits de cet auteur !