lundi 28 avril 2008

"Et si c'était niais ?" de Pascal Fioretto - Editions Chiflet & Cie


Un pastiche. Avec deux glaçons. Pascal Fioretto, avec Et c’était niais ?, n’y va pas avec le dos de la cuillère. Pour son ouvrage dont l’histoire est anecdotique (la rentrée littéraire approche, tous les écrivains d’une même maison d’édition disparaissent un à un, l’inspecteur mène l’enquête…), l’auteur a convié pour chacun des chapitres un auteur reconnu dont il s’amuse à décortiquer le style, les gimmicks et quelques apparences (pas si trompeuses). C’est ainsi que l’on voit débouler, dans l’ordre, Denis-Henri Lévi, Fred Wargas, Marc Levis, Mélanie Notlong, Pascal Servan, Bernard Werbeux, Jean d’Ormissesson, Jean-Christophe Rangé, Frédéric Beisbéger et Anna Galvauda, partie intégrante d’une histoire à dormir debout dont ils sont les protagonistes moqués et les auteurs pastichés pour le régal des zygomatiques.

Parce qu’il faut bien l’avouer, on rigole franchement de ce feu d’artifice où se mélangent et se côtoient quelques auteurs-stars du monde de l’édition d’aujourd’hui. En reprenant à son compte leurs façons reconnaissables (et inimitables ?) entre toutes d’écrire, l’image qu’ils véhiculent d’eux-mêmes, Pascal Fioretto est irrévérencieux, intelligemment taquin et peut taper là où ça fait (un peu) mal. Pour en rire. On découvre, s’il en est besoin, un Denis-Henri Lévi arrogant et prétentieux, accrochée à une conscience exacerbée de sa magnificence, une Christine Anxiot hystérique (sic) pour une cartouche d’imprimante qu’elle souhaiterait changer, une Mélanie Notlong en prise avec le… pourri, Fred Wargas qui offre au livre son héros, le commissaire Adam Seberg résolument perturbé par son passé, Jean d’Ormissemon jouant au jeune ou encore Anna Galvauda plongeant le roman dans la pauvreté, pataugeant dans le sordide. Bref, nous ne sommes pas perdus.

Dans tout ce mic-mac, l’enquête menée est cohérente dans son peu d’intérêt. Elle laisse toute sa place aux écrivains-invités contre leur gré. Pas besoin d’être un spécialiste (re)connu mondialement de chacun d’entre eux. Il suffit de se laisser porter, puisque au-delà du plaisir de découvrir les différents styles derrière lesquels se cache Pascal Fioretto, se camoufle également l’envie de voir triturer les égos démesurés de certains, avec une certaine méchanceté jouissive, mais surtout avec une certaine lucidité mâtiné d’un don de l’observation et de l’adaptation remarquable. On reste admiratif du travail d’orfèvre mené par l’auteur. On s’extasie. On ricane. On se moque. On se régale.

13 commentaires:

florinette a dit…

Je ne connais pas encore très bien les auteurs pastichés pour bien apprécier l'humour de cet auteur, mais cela dit je vais quand même me le noter pour plus tard !

Wictoria a dit…

ce livre est dans ma pal depuis quelques mois ! je note donc une chose : je vais me régaler, et j'adore cela !

Karine a dit…

Je ne connais pas tous tous tous les auteurs présentés... mais je sens que je rirais un bon coup avec ce bouquin! Notons allègrement!

Bellesahi a dit…

C'est noté !

DesMurmures a dit…

< Florinette : même quand on ne connait pas la prose habituelle de l'auteur pastiché, on s'en délecte tout de même...
< Wic' : l'occasion de faire remonter l'ouvrage sur le haut de ta pile.
< Karine : hop hop hop !Tu peux noter allègrement !! Hop hop hop (et hop !)
< Bellesahi : en rouge et souligné ??

Emeraude a dit…

ça a l'air bien chouette, surtout si tu dis qu'on peut s'en délecter même en ne connaissant pas bien l'oeuvre des auteurs pastichés! :-)

Georges F. a dit…

Votre billet donne envie, mais votre commentaire m'inquiète : si l'on peut s'en délecter, est-ce à dire qu'il n'y a pas vraiment de pastiche, mais simplement portrait-charge de l'auteur people tel qu'on le VOIT à la télévision ou dans les salons du livre, et non pastiche du style tel qu'on le LIT ? Autrement dit, est-ce simplement du guignol de l'info par écrit ?

Georges F. a dit…

Désolé, une ligne a sauté, j'avais écrit : Si l'on peut "s'en délecter sans connaître la prose habituelle de l'auteur pastiché", est-ce à dire que, etc.

DesMurmures a dit…

< Emeraude : à lire par ce beau temps... près de la piscine en sirotant un diabolo menthe avec une paille (coudée, la paille).
< Georges : comme je le dis dans le post, il y a les 2 aspects... Soit on connaît le style de tous les auteurs pastichés et on applaudit franchement à la performance, soit on n'en connait que quelques uns... et alors, le style ET l'image que l'on peut avoir de ces "victimes" sont mis à contribution. C'est tout bénéf' et finement joué de la part de l'auteur.

Brize a dit…

Je me demandais ce que ce livre pouvait valoir et ton commentaire éclairant confirme mon envie de le lire !

Lou a dit…

Je sans que lorsque je le lirai je vais me ré-ga-ler ! Gnark gnark gnark !

DesMurmures a dit…

< Brize : au moment où je te réponds, ta lecture du livre devrait être déjà terminée ? Quoi pas encore ?? Tssss...
< Lou : niark niark niark !

bunee a dit…

Excellente idée de lecture ... je n'ai jamais lu de pastiche (51? hoho), mais je sens que je vais bientot m'y mettre :)